expertise-immobilier.com

Actuellement, la moitié des candidats à la propriété voient leur demande de crédit refusée par les banques. Et ce, car l’établissement n’est pas en mesure de leur proposer un taux d’intérêt inférieur au taux d’usure. CIECP vous partage 3 astuces pour emprunter même quand le taux d’usure bloque : le Prêt accession, le PEL et l’assurance-vie offrent quelques atouts à ne pas négliger.

Emprunter et taux d’usure : explications

Lors d’une souscription à un crédit immobilier, le prêteur ne peut pas dépasser un certain taux d’intérêt, que l’on appelle « taux d’usure ». Ce taux d’usure est défini par la Banque de France et s’élève à l’heure actuelle à 2,57%, pour une durée de 20 ans.

Cependant, il existe quelques astuces pour emprunter malgré tout. Les voici :

1. Le Prêt accession

Le Prêt accession proposé par ActionLogement (ancien 1% logement) permet de profiter d’un crédit à un taux de 0,5% (hors assurance). Le montant maximal est de 40.000 euros et le remboursement peut s’étaler sur 25 ans au plus.

Toutefois, il est nécessaire de remplir quelques conditions pour en bénéficier. Il faut être salarié du secteur privé non agricole dans une entreprise d’au moins 10 employés. Puis, il faut disposer de ressources inférieures à des plafonds qui dépendent de la zone géographique.

Le Prêt accession ne concerne enfin que les opérations de construction, d’acquisition dans le neuf, en bail réel solidaire ou l’achat d’un ancien HLM.

2. Utiliser son PEL pour emprunter malgré les taux d’usure

Le plan d’épargne logement (PEL) n’offre qu’un rendement de 1% par an, sans compter la fiscalité, bien loin du livret A, qui fait un retour en force avec un taux à 2%.

Toutefois, les souscripteurs d’un PEL bénéficient d’un taux fixé à l’avance pour un emprunt immobilier. Jusqu’à présent, il n’était pas intéressant, à 2,2% pour les plans ouverts récemment. Mais au vu de la remontée des taux d’intérêt, il le redevient. Le montant est limité à 92.000 euros. Avec une assurance emprunteur inférieure à 0,37%, afin de respecter le taux d’usure, ce qui est envisageable pour les moins de 60 ans, le PEL pourrait permettre de débloquer la situation.

3. Demander une avance sur son assurance-vie

L’avance sur l’assurance-vie n’est pas un emprunt immobilier. Les conditions sont donc moins avantageuses, même si elle peut financer l’achat d’un logement. Le taux est plus intéressant que pour un crédit à la consommation. Il est parfois modulé selon des règles inscrites dans les conditions générales du contrat vie.

Le montant maximum de l’avance est limité à l’encours total du contrat, il dépasse rarement 80%. De ce fait, mieux vaut posséder un capital conséquent sur son assurance-vie pour financer l’acquisition d’un logement. L’avance pourra être un moyen de réduire le montant demandé à la banque pour le crédit immobilier et mécaniquement de retomber ainsi sous le taux d’usure.

ciecp.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/CabinetCIECP/

Vous pouvez prendre contact avec notre expert immobilier à contact@CIECP.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *