expertise-immobilier.com
investir à l’international

Depuis plusieurs années, l’appétence des Français pour investir dans l’immobilier à l’international s’est renforcée, et s’est même accélérée depuis le confinement. 

55 % des Français souhaiteraient investir au-delà des frontières hexagonales, dans un pays européen (Espagne, Italie, Portugal, etc.). Parmi eux, 20 % envisageraient de passer à l’acte dans les cinq prochaines années, dans le cadre d’un placement locatif.

Dans le top 5 des villes européennes: Barcelone (31%), Lisbonne (22%), Porto (19%), Valence (13%) et enfin Rome (11%) sont les plus convoitées par les Français.

Les motifs d’investir à l’international, hors de nos frontières

Mais quelles sont au-delà de l’appel pour l’exotisme et l’héliotropisme, les raisons valables, pour acheter et louer un bien immobilier à l’étranger ?

1) Diversifier son patrimoine :

Pour commencer, éviter de miser exclusivement sur l’immobilier hexagonal. Les faits le démontrent chaque année : les cycles et le rapport entre l’offre et la demande ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre. Par exemple, en matière de progression des prix ces derniers mois, les pays d’Europe du Nord ont surpassé les pays d’Europe du Sud.

2) Bénéficier d’une meilleure rentabilité locative :

Pour des niveaux de loyers assez comparables, l’immobilier dans les grandes villes des pays voisins est plus abordable que Paris, Lyon et Bordeaux. C’est ainsi que le niveau de rentabilité en Espagne est supérieur en moyenne de 30 points de base.

3) Profiter de la fiscalité locale, plus avantageuse :

Les loyers touchés à l’international sont taxés dans le pays d’où ils proviennent. Or, un comparatif des taux d’imposition des revenus fonciers en France face aux autres pays européens tourne presque toujours à l’avantage des pays européens. Rappelons ainsi qu’en France, le taux d’imposition s’élève à 47,2 %. De quoi entamer nettement la rentabilité d’un investissement locatif.

4) Viser une plus-value

Après avoir grimpé sans discontinuer depuis le milieu des années 2010, les prix dans certaines grandes villes françaises calent. Ce n’est pas encore le cas ailleurs de la plupart des agglomérations européennes, dont certaines sont en pleine ascension.

5) Un ticket d’entrée souvent faible

Acheter un deux pièces de 35 mètres carrés à Madrid reviendra en moyenne à 182 000 euros, soit 2 fois moins cher que la même surface à Paris. Cependant, l’apport personnel demandé par la banque sera systématiquement supérieur dans le cadre d’un investissement à l’international. Par exemple, en Espagne, il faut disposer en principe de 30 % du montant du projet.

ciecp.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/CabinetCIECP/

Vous pouvez prendre contact avec notre expert immobilier à contact@CIECP.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *